»   Dr Pulvermacker   »   Chirurgie Réparatrice   »   Chirurgie réparatrice des seins   »   Reduction Mammaire - Hypertrophie Mammaire

Reduction Mammaire - Hypertrophie Mammaire

HYPERTROPHIE MAMMAIRE REDUCTION MAMMAIRE

Pourquoi ?

L'Hypertrophie mammaire est extrêmement invalidante dans la vie de tous les jours. Seules les femmes confrontées à ce problème  savent à quel point cela peut être un handicap. Par ce  qu'on ne peut pas faire d'activité sportive. On est gêné pour s'habiller. Il n'y a pas d'âge pour pratiquer l'opération dés lors que le volume est à peu prés stable soit vers 17-18 ans mais on peut également bénéficier de cette intervention à 70 ans et au- delà. Le bon moment pour pratiquer cette intervention, c'est le moment où on se sent prête, où on acceptera les cicatrices et quand on pourra dire'" même si les cicatrices ne sont pas belles, je serai quand même contente".

Focus :

Cette intervention est prise charge par l'assurance maladie dés lors que l'on enlève au moins 300g par sein. Le sevrage tabagique est recommandé au moins 4 semaines avant l'intervention.

Comment ?

Le but de cette intervention est en général double : réduire le volume et corriger la forme souvent tombante associée (ptôse). Il faut enlever une partie du contenu du sein ( Glande et graisse ) et la peau du sein ce qui implique des cicatrices. Parfois, pour les hypertrophies modérées, 2 cicatrices sont suffisantes, la péri aréolaire et la verticale. C'est la méthode dite verticale pure. Dans la plus grande majorité des cas, 3 cicatrices seront nécessaires et on rajoutera aux deux autres une cicatrice horizontale. C'est la plastie mammaire en "T". L'intervention se déroule sous anesthésie générale. Une à trois nuits d'hospitalisation sont nécessaires. Les drainages sont enlevés avant la sortie. Un soutien gorge de sport est mis en place avant la sortie. La douche est autorisée dés le lendemain de l'intervention. Un arrêt de travail est prescrit pour une durée d'au moins 15 jours L'arrêt de sport est recommandé pendant un mois. Le pansement mis en place au bloc opératoire est imperméable et sera retiré vers le 15ème jour. Les fils non résorbables seront retirés en même temps.
 
Suites et résultat :

L'intervention n'est pas considérée comme douloureuse par la plupart des patientes. Des antalgiques simples sont prescrits ainsi que des soins locaux pouvant être réalisés par la patiente elle-même. Des pommades pro cicatrisantes ou au contraire anti-inflammatoire (aux corticoïdes ) seront prescrites en fonction de l état de cicatrisation. Les cicatrices sont en général assez inflammatoires à un mois avec rougeur et démangeaison. Ces phénomènes sont normaux et s'atténuent avec le temps en quelques mois. Le résultat définit est apprécié à un an.

 
Risques :

Troubles de la sensibilité de l'aréole souvent transitoire mais parfois définitif. Plus grâve, les troubles de la vascularisation de l'aréole qui peuvent entraîner une nécrose partielle ou totale de l'aréole nécessitant des soins locaux assez long pour obtenir la cicatrisation. Cette complication bien que rare, est beaucoup plus fréquente chez les patientes fumeuses. De la même façon chez les fumeuses, les troubles de la cicatrisation avec ouverture de la cicatrice  (désunion)  entraînant également des pansements assez longs. Les autres complications, comme les hématomes, l'infection, les épanchements lymphatiques sont détaillées dans la fiche info de la SOFCPRE .

 



Téléchargez la fiche d'information de la SOFCPRE