»   Dr Pulvermacker   »   Chirurgie Réparatrice   »   Chirurgie réparatrice du visage   »   Rhinoseptoplastie

Rhinoseptoplastie

Dans certains cas , lorsqu'il existe un antécédent de fracture des OPN ou lorsqu'il existe un trouble fonctionnel important ayant un retentissement sur la respiration, la rhinoseptiplastie peut être prise en charge par l'assurance maladie.

Si le chirurgien considère que le patient est dans un des cas cités, si besoin aidé par des examens complémentaires, il remplira une demande d'entente préalable que le patient adressera à son centre de sécurité sociale.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’il est dévié, que l’on respire mal, que l’on ronfle.

Parce qu’on a pris un coup sur le nez et qu’il a été cassé, fracturé

 

Comment ?

 
 
La rhinoseptoplastie chirurgicale  :

 

Elle peut se dérouler en ambulatoire (sortie le soir même de l’intervention) ou nécessiter une nuit

d’hospitalisation.

Cela dépendra de la lourdeur du geste à réaliser et de la profondeur de l’anesthésie .

La durée de l’intervention varie de 1 heure à 2 heures en fonction du procédé opératoire.

Dans l’immense majorité des cas, la technique que nous employons est une technique dite fermée,

c’est à dire que les cicatrices seront dissimulées à l’intérieur des fosses nasales. Seules les

réductions narinaires imposent des cicatrices externes en général dissimulées à la base des narines.

L’intervention vise à corriger simultanément la pointe du nez et le dorsum (partie haute où il existe une bosse)

 L’intervention se termine dans tous les cas par la pose d’un plâtre sur le nez confectionné sur

mesure et par la mise en place de mèches grasses dans les fosses nasales.

 

Résultat :

 

A l’ablation du plâtre, entre huit et dix jours, le nez est en général très gonflé. Le résultat apparaît progressivement dans les premières semaines et sera considéré comme définitif entre  six mois et un an.

 

Suites :

 

Il faut être patient et laisser l’œdème dégonfler progressivement. Les ecchymoses sur le nez disparaissent en une quinzaine de jours. Le résultat est définitif à un an.

 

Risques :

 

Ceux liés à l’anesthésie générale

Les imperfections de résultat. Parfois, une retouche est nécessaire mais ne doit  pas être entreprise avant un an.

Saignements , ils sont possibles les premières heures mais restent habituellement très modérés. Quand ils sont trop importants, cela peut justifier un nouveau méchage plus poussé, voire une reprise au bloc opératoire.

Les autres risques exceptionnels sont détaillés dans la fiche de la SOFCPRE