Gynécomastie

La gynécomastie correspond au développement anormal d’une glande mammaire visible et palpable chez l’homme. La satisfaction est quasi immédiate après l’intervention, et les résultats de cette opération sont remarquables.

 

Pourquoi ?

 

Parce que lorsqu’on est un homme, avoir des seins comme une femme peut entraîner une souffrance psychologique. Parce qu’on n’arrive pas à cacher sous son tee-shirt ou dans l’intimité cette « poitrine » qui féminise et complexe, malgré les régimes et la musculation.

 

Comment ?

 

Un bilan endocrinien est obligatoire avant toute prise en charge chirurgicale.

Cette intervention nécessite une anesthésie générale durant entre 45 et 75 min.

Une cicatrice au niveau de la partie inférieure de l’aréole est en général suffisante pour enlever le noyau glandulaire. Le plus souvent, une lipoaspiration est associée pour uniformiser le volume restant.

 

Lorsqu’il existe un excès de peau important, en particulier après un amaigrissement, il faut enlever cette peau excédentaire par une cicatrice horizontale au niveau du thorax.

 

Suites et résultat.

 

L’intervention est peu douloureuse.

Un vêtement de contention doit être porté pendant un mois après l’intervention.

Des ecchymoses et un œdème sont présents pendant au moins quinze jours.

Le résultat sera définitif à partir de deux mois. La cicatrice évoluera pendant un an.

 

Risques.

 

Outre ceux liés à l’anesthésie générale, les principaux risques de la cure de gynécomastie bilatérale sont l’hématome et l’épanchement de lymphe, qui pourra nécessiter une ponction, si elle est importante.

 

Les autres risques concernent essentiellement les imperfections de résultat, pouvant nécessiter une retouche chirurgicale, qui ne doit pas avoir lieu avant au moins six mois.

 

Les autres complications sont détaillées dans la fiche d’information de la SoFCPRE.

Photos Avant-Après

© 2020  Dr Benjamin Pulvermacker . Agence Vanessa Touati