Nymphoplastie :

chirurgie des petites lèvres

Tout ce qui concerne l’intimité des femmes a été longtemps taboue. Pendant des siècles, les femmes

ne regardaient jamais leur sexe et ne se posaient pas la question de savoir ce qui était joli ou pas.

La banalisation des films X a donné une image idéalisée de ce à quoi doit ressembler une vulve, faisant naître par la même occasion des normes, et donc des complexes chez les femmes qui s’estiment « anormales ».

La nymphoplastie a surtout une visée esthétique, elle permet de réduire la taille des petites lèvres,

qui en conséquence deviennent symétriques, et plus petites que les grandes lèvres.

 

Pourquoi ?

 

Parce que la grandeur des petites lèvres occasionne un frottement douloureux pendant le coït

et un complexe esthétique qui empêche certaines pratiques sexuelles.

Parce que l’excès de peau interdit le port de certains vêtements et sous-vêtements moulants.

 

Comment ?

 

La nymphoplastie de réduction consiste à diminuer la taille des petites lèvres, en les rendant plus harmonieuses. On associe parfois un lipofilling des grandes lèvres, lorsqu’elles sont vidées et fripées.

L’intervention se déroule en général en ambulatoire sous anesthésie générale.

 

Suites et résultat.

 

Les suites sont le plus souvent simples et peu douloureuses. L’assise est délicate pendant une semaine, l’hygiène intime est un facteur déterminant pour une bonne cicatrisation.

Les rapports sexuels ne doivent pas être repris avant au moins trois semaines. Le résultat est définitif après trois mois.

 

Risques.

 

Outre ceux liés à l’anesthésie générale, les principaux risques de cette intervention sont les troubles

de la cicatrisation, comme la désunion (mais qui nécessite rarement une réintervention). Infection

et hématome sont assez rares.

 

Les autres complications sont détaillées dans la fiche d’information de la SoFCPRE.

Photos Avant-Après

© 2020  Dr Benjamin Pulvermacker . Agence Vanessa Touati