Chirurgie esthétique du nez ou Rhinoplastie :

Parce que le nez donne du caractère à un visage, il peut être ressenti comme un corps étranger,

dont la présence dérange au quotidien. L’objectif de cette intervention est d’adoucir les traits du visage, en rendant le nez plus discret et plus harmonieux.

Cette intervention est délicate, car elle modifie l’aspect extérieur du nez, mais ne doit pas changer radicalement le patient.

Certains chirurgiens font toujours le même nez quel que soit le patient, comme une signature.

Pour moi qui prône le naturel, quand un nez est « réussi », c’est qu’on ne voit pas qu’il a été opéré…

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’on n’aime tellement pas son nez qu’on évite de se regarder dans le miroir, et qu’on ne se supporte plus sur les photos.

Pour enlever une bosse et rendre son profil plus doux.

Parce que la pointe est trop longue, trop ronde, trop grosse.

Parce que notre nez nous renvoie l’image d’un membre de notre famille auquel on ne veut surtout pas ressembler.

Parce que l’on a subi un traumatisme, un choc qui a dévié le nez, provoquant parfois des problèmes de respiration et de ronflement.

 

Comment ?

 

La rhinoplastie se déroule sous anesthésie générale et nécessite le plus souvent une nuit d’hospitalisation. Lorsqu’il n’y a que la pointe à traiter, on ressort le jour même.

 

Dans la grande majorité des cas, l’incision que je pratique se fait dans la muqueuse (voie fermée), sans cicatrice apparente.

 

Lorsqu’il s’agit d’une rhinoplastie dite « ethnique » (par exemple chez les patients d’origine africaine ou asiatique), on affine la pointe, on réduit la taille des orifices narinaires et on apporte une projection (hauteur) sur le dorsum grâce à un implant (en silicone rigide) ou à un greffon (cartilage, os).

 

Dans certains cas particuliers, on peut réaliser une rhinoplastie dite médicale par des injections d’acide hyaluronique. Elles permettent de combler un creux ou d’augmenter la projection de la pointe.

 

Suites et résultat.

 

La rhinoseptoplastie n’est pas une intervention douloureuse, même si le geste chirurgical peut être impressionnant.

L’intervention se termine dans tous les cas par la pose d’une attelle sur le nez (confectionnée sur mesure), et par la mise en place de mèches grasses dans les fosses nasales, retirées dès le lendemain.

À l’ablation du plâtre, entre huit et dix jours, le nez est en général très gonflé.

Les ecchymoses (bleus) disparaissent en une dizaine de jours.

Le résultat apparaît progressivement dans les premières semaines ; on peut le considérer comme définitif à un an.

 

Dans le cadre d’une rhinoplastie médicale, les injections apportent un résultat immédiat et doivent être renouvelées tous les dix-huit mois environ.

 

Risques.

 

Outre ceux liés à l’anesthésie générale, les risques de cette intervention résident surtout dans les imperfections de résultat. Parfois, une retouche est nécessaire, mais ne doit pas être entreprise avant un an.

Les autres risques, exceptionnels, sont détaillés dans la fiche de la SoFCPRE.

Photos Avant-Après

© 2020  Dr Benjamin Pulvermacker . Agence Vanessa Touati